100% des dons à l'ASPE supportent les services de première ligne aux personnes atteintes et la recherche en SEP à l'Université de Sherbrooke

TRAITEMENTS

La sclérose en plaques est une maladie imprévisible et évolutive qu’aucun traitement ne peut présentement guérir. Comme chaque cas de SEP est unique, les traitements administrés ne sont pas les mêmes d’une personne à l’autre. Ces traitements sont administrés à titre préventif et visent à ralentir la progression de la maladie et à contrôler les futurs symptômes en réduisant la durée et la fréquence des poussées ainsi que le nombre de séquelles qui en résultent. À ce jour, les traitements disponibles agissent sous 4 grands mécanismes d’action:

  • Bloquer la circulation des cellules immunitaires
  • Promouvoir la déplétion cellulaire
  • Modifier la fonction des cellules
  • Bloquer la réplication cellulaire

Il existe également des traitements visant à la prise en charge des poussées ainsi qu’à la prise en charge des symptômes.

Les traitements permettant de contrôler la SEP

Traitements bloquant la circulation des cellules immunitaires

Le Natalizmab

Cet agent thérapeutique a reçu l’autorisation de mise sur le marché en 2006. Il s’agit d’un inhibiteur sélectif. Il agit en empêchant la migration des leucocytes au sein du SNC parmi lesquels ceux responsable des plaques caractéristiques de la maladie. Il interagit avec les cellules de la barrière hémato-encéphalique (barrière protectrice du cerveau) et permet donc de contrôler l’inflammation et de ralentir l’invalidation des personnes atteintes.

Nom Commercial : Tysabri

Administration et posologie : perfusion intraveineuse de 300 mg par un professionnel de la santé toutes les quatre semaines.

Effets secondaires possibles : les effets indésirables les plus fréquent sont : infection urinaire (vessie), irritation de la gorge et écoulement nasal ou congestion nasale, frissons, éruption cutanée irritante (urticaire), maux de tête, étourdissements, nausée, vomissements, douleur articulaire, fièvre et fatigue. La prise de Natalizmab est également associée à un risque non négligeable d’infection sévères, particulièrement la Leucoencéphalopathie Multifocale Progressive (LEMP).

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.biogen.ca/content/dam/corporate/en_CA/pdfs/products/TYSABRI/TYSABRI_PM_E.pdf

 

Le Fingolimod 

Cet agent thérapeutique a reçu l’autorisation de mise sur le marché en 2011. Il agit en induisant une séquestration des lymphocytes dans les ganglions lymphatiques. Par cette séquestration, le fingolimod empêche certaines cellules immunitaires d’atteindre le système nerveux centrale, où celle-ci pourraient s’attaquer à la myéline et causer de nouvelles plaques.

Nom commercial : Gilenya

Posologie et administration : se prend sous forme de capsules orales de 0.5 mg de manière quotidienne.

Effets secondaires très fréquents : infection causée par le virus de la grippe, maux de tête, diarrhée, douleur au dos, toux.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : http://www.ask.novartispharma.ca/download.htm?res=gilenya_scrip_f.pdf&resTitleId=747

 

Traitements à l'origine d'une déplétion cellulaire

L’Alemtuzumab

Ce traitement, initialement développé pour le traitement des leucémies lymphocytiques chroniques B, a prouvé son efficacité contre la forme rémittente de la SEP. Il agit par l’élimination des lymphocyte T, B, et NK et possède donc des propriétés anti-inflammatoires.

Nom commercial : Lemtrada

Administration et posologie : perfusion intraveineuse une fois par jour pendant les cinq jours de la première série de traitement. La seconde série de traitement est administrée un an plus tard, à raison d’une perfusion par jour pendant trois jours. Chaque perfusion dure environ quatre heures.

Effets secondaires possibles: réactions associées à la perfusion (maux de tête, éruptions cutanées, fièvre, nausée, urticaire, démangeaisons, insomnie, frissons et bouffées vasomotrices) ainsi que des infections (rhinopharyngite et infection des voies urinaires et des voies respiratoires supérieures).

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : http://products.sanofi.ca/fr/lemtrada-renseignement-patient.pdf

 

Cladribine 

Ce traitement est un agent chimio-thérapeutique généralement prescris pour le traitement de la leucémie à tricholeucocytes. Il agit principalement sur les lymphocytes T et B en circulation en s’intégrant à leur ADN pour causer leur mort cellulaire. Ceci atténue l’inflammation que ces cellules pourraient provoquer au sein du SNC.

Nom commercial : Mavenclad

Administration et posologie : Le traitement par le MAVENCLADMC se divise en deux phases, sur une période de deux ans. Chaque phase comporte deux semaines de traitement à un mois d’intervalle chacune. Une semaine de traitement consiste en la prise quotidienne d’un ou de deux comprimés de 10 mg chacun sur une période de quatre ou de cinq jours. Le médicament peut être pris avec ou sans nourriture. Après la deuxième année de traitement, les personnes traitées par le MAVENCLADMC font l’objet d’un suivi pendant deux autres années. La dose cumulée recommandée pour le MAVENCLADMC est de 3,5 mg/kg de poids corporel sur deux ans (soit 1,75 mg/kg/an).

Effets secondaires possibles : nausées, maux de tête, herpès labial (feux sauvages), éruption cutanée, perte de cheveux, fièvre, douleurs abdominales, maux de dents, grippe et symptômes pseudo-grippaux, symptômes du rhume, bronchite ou infections pulmonaires, troubles gastro-intestinaux (diarrhée, vomissements, douleurs abdominales), maux de dos, anxiété, infection vaginale.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : http://www.medical-information.ca/wp-content/uploads/2017/12/MAVENCLAD-FPM-November-29-2017-customer.pdf

 

L’ocrelizumab

Ce traitement est en phase II d’essai clinique et a démontré son efficacité dans la SEP de forme rémittente. Il agit en promouvant l’élimination des lymphocyte B.

Nom commercial : Ocrevus

Administration et posologie : La première dose consiste en deux perfusions intraveineuses effectuées à deux semaines d’intervalle. Les doses subséquentes sont administrées à raison d’une perfusion intraveineuse unique tous les 6 mois.

Effets secondaires possibles: réactions liées à la perfusion (démangeaison de la peau, éruption cutanée, urticaire, rougeur de la peau, bouffées de chaleur, hypotension artérielle, fièvre, lassitude, étourdissements, maux de tête, irritation de la gorge ou maux de gorge, essoufflement, enflure de la gorge, malaises ou nausée, rythme cardiaque rapide) et risque accru d’infections (infections des voies respiratoires supérieures ou des voies respiratoires inférieures, rhume, gastroentérite, infections causées par le virus de l’herpès ou d’autres agents viraux, conjonctivite).

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.rochecanada.com/content/dam/rochexx/roche-ca/products/fr/ConsumerInformation/MonographsandPublicAdvisories/Ocrevus/OCREVUS_PM_F.pdf

 

Traitements qui modifient la fonction des cellules immunitaires

Ces traitements immunomodulateurs agissent en modifiant les caractéristiques fonctionnelles des systèmes immunitaires innés et adaptatifs. Ces traitements sont particulièrement plus efficaces contre la forme récurrente de la SEP que contre les formes primaires et progressives secondaire.

Le diméthylfumarate (DMF)

Ce traitement a montré son efficacité dans la SEP rémittente dans deux essais cliniques de phase III. Le DMF agit en activant l’expression d’enzyme inhibitrice du stress oxydatif, suspecté de joué un rôle dans l’inflammation du SNC observé dans la SEP. Il a donc un effet anti-inflamatoire et anti-prolifératif.

Nom commercial : Tecfidera

Administration et posologie : deux capsules par voie orale deux fois par jour.

Effets secondaires possibles: bouffées vasomotrices, diarrhée, nausée, douleurs gastriques ou crampes de l’estomac, vomissements et indigestion.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.biogen.ca/content/dam/corporate/fr_CA/pdfs/products/TECFIDERA/Tecfidera_PM_FR_Dec2017_v2.pdf

 

L’acétate de glatimère 

L’acétate de glatiramère est un mélange de fragments de protéines synthétiques qui ressemblent à une protéine de la myéline. Le mode d’action précis par lequel l’acétate de glatiramère exerce son effet thérapeutique sur les patients atteints de SEP n’est pas encore complètement compris. Cependant, on croit qu’il agirait en favorisant l’activité de lymphocytes T régulateurs et anti-inflammatoires. 

Noms commerciaux : Copaxone, Glatect

Posologie et administration : par auto-injections sous-cutanées un fois par jours.

Effets secondaires possibles: réactions au point d’injection (rougeur, douleur, inflammation, démangeaisons ou masse au point d’injection).

Pour plus d’informations sur Glatect consulter la monographie du produit : https://daks2k3a4ib2z.cloudfront.net/5845cc19b8f3a14b304a46f0/59c13498221db50001e88bbf_PM%20-%20GLATECT%20-%20FR%20-%2016-01-2017.pdf

Pour plus d’informations sur Copaxone consulter la monographie du produit : http://www.tevacanadainnovation.com/downloads/Copaxone_PM_FR.pdf

 

Les interférons bêta 

Les interférons sont des protéines présente dans le système immunitaire humain. Lors d’une infection par un virus, ils sont synthétisés et libérés pour empêcher les cellules virales de se multiplier. En plus de ses activités antivirales, l’interféron bêta compte également des fonctions immunorégulatrices. Bien que son mécanisme d’action dans la sclérose en plaque ne soit pas encore bien compris, son activité modulatrice semble participer au contrôle de la sclérose en plaque récurrente/rémittente.

Noms commerciaux : Avonex, Betaseron, Extavia, Plegridy, Rébif

Administration et posologie :

  • Avonex : auto-injections intramusculaire une fois par semaine.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.biogen.ca/content/dam/corporate/fr_CA/pdfs/products/AVONEX/AVONEX_PM_FR.pdf

  • Betaseron : auto-injections sous-cutanées tous les deux jours.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.bayer.ca/omr/online/betaseron-pm-fr.pdf

  • Extavia : auto-injections sous-cutanées tous les deux jours

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : http://www.ask.novartispharma.ca/download.htm?res=extavia_scrip_f.pdf&resTitleId=742

  • Plegridy : auto-injections sous-cutanées toutes les deux semaines.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://www.biogen.ca/content/dam/corporate/fr_CA/pdfs/products/PLEGRIDY/PLEGRIDY_Product_Monograph_FR_v2.pdf

  • Rébif : auto-injections sous-cutanées trois fois par semaine.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : https://pdf.hres.ca/dpd_pm/00017852.PDF

Effets secondaires possibles: les effets secondaires sont similaires pour tous ces médicaments et consistent à des symptômes pseudo-grippaux (fatigue, frissons, fièvre, douleurs musculaires et sudation) et des réactions au point d’injection.

 

Bloquer la réplication cellulaire

Le teriflunomide

Le mécanisme d’action de ce traitement n’est pas encore complétement compris. On croit que celui-ci permet de réduire la prolifération des lymphocytes T et B activés dans le SNC qui seraient à l’origine de l’inflammation dans le contexte de la SEP.

Nom commercial : Aubagio

Administration et posologie : comprimé pelliculé de 14 mg à prendre une fois par jour.

Effets secondaires : diarrhée, nausée, grippe ou infection des sinus, maux d’estomac, douleur abdominale, éruption cutanée, anomalies de la fonction hépatique, amincissement ou perte des cheveux. Il peut également entraîner des résultats anormaux aux analyses sanguines.

Pour plus d’information, consulter la monographie du produit : http://products.sanofi.ca/fr/aubagio-fr.pdf

 

Traitement de prise en charge des poussées

Les stéroïdes

Les stéroïdes sont utilisés pour traiter les poussées de SEP. Ils permettent de freiner l’inflammation dans le système nerveux central et de diminuer la gravité et la durée des poussées. Il faut cependant éviter de les utiliser trop souvent ou sur une longue période puisqu’ils ont des effets négatifs sur le foie et les reins et entraînent une réduction de la densité osseuse.

Puisque les causes de la maladie sont encore mal comprises la recherche sur de nouveaux traitements est en constante évolution. De façon générale, toute habitude de vie saine favorise la stabilité de la maladie et le mieux-être du patient. Une alimentation équilibrée, un programme d’exercice physique régulier et des moments de détente permettent de mieux vivre avec la SEP.

 

 

Références:

Gholamzad, M., Ebtekar, M., Ardestani, M.S. et al. Inflamm. Res. (2019) 68: 25. https://doi.org/10.1007/s00011-018-1185-0 

Michel, L. (2016). Mécanismes immunologiques des traitements de fond de la sclérose en plaques. Pratique Neurologique - FMC, 7(2), 159–165.

Médias Sociaux